Outre la souffrance humaine, les accidents coûtent chaque année 13 milliards à notre pays

A l'initiative du Ministre de la Mobilité Georges Gilkinet se sont tenus aujourd'hui les Etats Généraux de la Sécurité Routière. Ils ont débouché sur le 1er plan interfédéral de sécurité routière destiné à faire baisser le nombre de victimes sur nos routes grâce à une collaboration étroite et ambitieuse entre l'Etat fédéral et les Régions. Chaque semaine en Belgique, 12 personnes meurent dans la circulation. Bien que ce chiffre ait diminué au cours des dernières décennies, il reste à un niveau inacceptable. Dans le cadre de l'initiative "All for Zero", tous les ministres concernés par la sécurité routière se sont engagés à agir dans leur domaine de compétences.

Il y a exactement 20 ans avaient lieu les premiers Etats Généraux de la Sécurité Routière à l'initiative de la Ministre de la Mobilité de l'époque, Isabelle Durant, et des Parents d'Enfants Victimes de la Route (PEVR). L'objectif était alors de mettre toutes les parties concernées par la problématique autour de la table et de provoquer un électrochoc. En effet, cette année-là, 1486 personnes avaient été tuées dans un accident de la circulation.

644 tués en 2019 mais l'objectif pas atteint

20 ans plus tard, ce nombre a fortement baissé mais reste néanmoins trop élevé. Ainsi, en 2019, avant la crise du coronavirus, on a dénombré 644 tués, soit 12 par semaine, et plus de 47.000 blessés (dont 3600 graves). L'objectif de 420 tués maximum auquel notre pays avait souscrit n'a donc pas été atteint.

Par ailleurs, avec 56 victimes de la route par million d’habitants, la mortalité routière en Belgique est au-dessus de la moyenne européenne (51). Et nous sommes de moins bons élèves que la plupart de nos voisins, notamment la France (51) et surtout les Pays-Bas (34) et l’Allemagne (37).

13 milliards d'euros par an !

Les accidents de la circulation ont de nombreuses conséquences pour les personnes concernées et pour la société. Il suffit de penser aux blessures, aux dommages matériels, à l'incapacité de travail et à la souffrance humaine. Ces conséquences peuvent également être exprimées financièrement pour déterminer le coût social de l'insécurité routière. Une nouvelle étude de l'institut Vias montre que les accidents de la route coûtent chaque année 13 milliards d'euros à la Belgique, soit 2,9% du PIB. Les coûts sociétaux élevés renforcent la nécessité d'améliorer la sécurité routière et donc de donner une nouvelle impulsion à la politique de sécurité routière.

Un engagement formel lors des Etats Généraux

Les Etats Généraux d'aujourd'hui étaient organisés à Train World avec environ 200 participants dont les autorités régionales et fédérales, des parlementaires, des organisations et des citoyens. Le matin, le plan fédéral de sécurité routière et les plans régionaux ont été présentés lors d'une session plénière. Les ministres en ont profité pour officialiser leur engagement en signant une grande pancarte "All-for-zero". L'après-midi, un forum ouvert a permis aux participants de donner leur avis sur différents thèmes de sécurité routière. Une pièce de théâtre interactif traitait des grandes causes de l'insécurité routière.

D'abord un plan fédéral de sécurité routière…

En amont des Etats Généraux ont débouché sur l'élaboration d'un plan fédéral de sécurité routière traduisant l'engagement du gouvernement fédéral à prendre, dans les domaines où il est compétent, les mesures nécessaires pour réduire le nombre de victimes de la route.

Les citoyens ont également eu leur mot à dire. Une plateforme a été mise en place, où ils pouvaient s'exprimer sur les problèmes à traiter en priorité et sur les mesures qui leur semblaient les plus appropriées.

Près de 5500 personnes se sont inscrites sur la plateforme citoyenne "All for zero", qui fait référence à l'ambition de parvenir, à terme, à zéro décès sur les routes belges. Les résultats d'une vaste enquête auprès des citoyens et les recommandations des six panels de citoyens ont été intégrés dans ce plan d’action fédéral.

… pour le 1er plan interfédéral de sécurité routière

Toutefois, ce plan d'action fédéral n'est qu'une partie du puzzle. Avec les plans stratégiques des régions, il a été intégré dans un tout premier plan interfédéral dénommé “All for zero – Une vision partagée de la sécurité routière en Belgique”, présenté aujourd'hui lors des États généraux. Ce document reflète la vision partagée et l'engagement commun des autorités en Belgique pour accroître la sécurité routière.

0 tué en 2050

Via ces plans, la Belgique s'est engagée à réduire de moitié le nombre de tués et de blessés graves sur les routes d'ici 2030, c'est-à-dire 320 tués et 1800 blessés graves maximum. Notre pays garde également à l'esprit une perspective à plus long terme, à, savoir parvenir à zéro décès dans des accidents en 2050 au plus tard. Cet objectif est ambitieux et ne pourra être atteint que si chacun apporte sa pierre à l'édifice à tous les niveaux.

Les Etats Généraux constituent par ailleurs le point de départ d'une série d'initiatives en vue de renforcer  l'engagement des citoyens. Ainsi, le site internet www.all-for-zero.be sera régulièrement mis à jour. Il sera également procédé à un suivi des projets et événements locaux de sécurité routière qui bénéficient d'un soutien fédéral. Enfin, un événement annuel sera organisé en vue d'échanger les expériences et l'évaluation des initiatives et des projets.

"Vingt ans après la démarche initiée par Isabelle Durant alors Ministre de la Mobilité, les Etats Généraux de la Sécurité Routière ont aujourd'hui rassemblé les autorités fédérales et régionales, les acteurs de la sécurité routière et des citoyennes et citoyens autour d'un objectif commun : ALL FOR ZERO, tenter d’atteindre zéro mort sur nos routes au plus tard en 2050, avec une progression régulière de la sécurité routière. Je suis très heureux d'avoir vécu cette journée intense d'échanges et de débats, le type de journée qui fait bouger les lignes. Cet esprit de solidarité et de collaboration nous guidera dans les mois à venir pour concrétiser le 1er Plan Interfédéral de la Sécurité Routière présenté ce matin. Je suis convaincu qu'ensemble nous améliorerons la sécurité de tou.te.s les usagers de la route. Pour que chacun.e puisse vivre pleinement cette liberté qu'est la mobilité."       déclare Georges Gilkinet, Ministre fédéral de la Mobilité.        

Le plan fédéral de sécurité routière peut être consulté sur https://bit.ly/3x5KE2k.

Le plan interfédéral de sécurité routière peut être consulté sur www.all-for-zero.be.

 

Personnes de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 02/244.15.34 ou 0476/24.67.20

Benoit RAMACKER, Directeur Communication Georges Gilkinet: 0475/94.06.55

×

      Vias institute souhaite utiliser des cookies sur son site web pour améliorer (cookies fonctionnels) et analyser (cookies analytiques) votre navigation. En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation de ces cookies à ces fins. Cependant, vous pouvez ajuster vos préférences en matière de cookies via le bouton « Régler vos préférences ». Nous utilisons également des cookies qui sont nécessaires au fonctionnement du site web et que vous ne pouvez pas refuser. Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés.
          Ces cookies augmentent le confort d’utilisation d'un site web en mémorisant vos choix (p. ex. préférences linguistiques, région, login).
          Ces cookies recueillent des données sur la performance d'un site web comme le nombre de visiteurs ou le temps que les visiteurs passent sur une page web.

          Ces cookies peuvent être placés par les annonceurs sur notre site web. Ils peuvent être utilisés par ces entreprises pour établir le profil de vos intérêts et vous montrer des annonces pertinentes sur ce site web ou d'autres sites web. Ils ne stockent pas directement d'informations personnelles, mais ils sont basés sur des identifiants uniques de votre navigateur et de votre dispositif Internet. Si vous n'autorisez pas ces cookies, vous verrez moins de publicités qui vous sont destinées.